X

FOTOFEVER Paris 2018

November 8th-11th 2018
Carrousel du Louvre, Paris

FOTOFEVER Paris 2018

November 8th-11th 2018
Carrousel du Louvre, Paris

... more

 

La combinaison des œuvres de Mathilde Nardone, Rowan Corkill et Tura Brooks est évidemment liée à la relation des artistes avec la nature.

Dans la série de Mathilde Nardone “Nature Morte Par Scanner”, la nature est considérée comme un pont vers la mémoire et le patrimoine culturel: les plantes utilisées dans ses compositions sont liées à l’histoire familiale de Mathilde, de l’évasion en Belgique de sa famille après la fin de la deuxième guerre mondiale aux mémoires d’enfance de l’Artiste, a devenir symbole d’une réalité historique.

Les photographies de Rowan Corkill avec masques d’oiseaux sont à la fois une dénonciation des responsabilités de l’homme face aux problèmes lié a l’environnement, et un soulignement de notre relation indissoluble avec le reste de la nature dont nous faisons partie. Les oiseaux utilisés par Corkill pour construire les masques ont été recueillis et mis en forme pendant des années, car ils sont tous morts à la suite d’actions irresponsables de la part de l’homme. Corkill, en choisissant de se couvrir le visage, souligne le sentiment de culpabilité que l’humanité doit ressentir vis-à-vis de l’environnement, alors que la référence aux Christ parmi la tunique blanche souligne le fait que ce n’est que par nous-mêmes que le salut peut être atteint, pour nous et pour l’écologie.

Tura Brooks travaille également autour du lien entre les êtres humains et le reste de la nature, mais d’une manière moins conflictuelle que Corkill. Les coupes en forme de plantes qui sortent des têtes des sujets et révèlent une réalité naturelle colorée et caché, en contraste avec le portrait en noir et blanc, sont le symbole d’une forme que l’artiste invite l’humanité à adopter, dans l’espoir de retrouver une forme de vie plus saine et plus équilibrée et en harmonie avec le planet.

share on